L’intelligence artificielle contre le Covid-19

4 MIN DE LECTURE

En décembre 2019, alors même que le monde entier ignorait qu’une pandémie de coronavirus arrivait et allait créer une crise sanitaire et économique globale, certaines IA prédisaient déjà un tel scénario. Si ces formidables outils ne supplantent pas l’analyse humaine, ils sont, tout de même, un allié précieux et plus particulièrement dans les temps difficiles.

Une capacité d’anticipation

Une majorité des IA sont utilisées dans un but prédictif, et ceci dans des domaines divers et variés. C’est ainsi que la start-up canadienne Bluedot conçoit et utilise leur propre IA capable de prédire des futurs épidémies de maladies infectieuses. Cette IA, entraînée sur des données croisées issues d’articles de presse, de la bourse ou encore du trafic aérien, a été capable de définir un risque lié à une nouvelle pneumonie émergente dès décembre 2019 et ceci, plusieurs jours avant que les autorités ne fassent les premières déclarations officielles à ce sujet. 

Une capacité de prévention

Toujours dans le cadre des travaux de la start-up Bluedot, l’analyse du Big Data permet de localiser les risques. En effet, grâce à des données anonymisées de smartphones et du trafic aérien mondial, notamment les vols en partance de Wuhan (la province ou semble se trouver le premier foyer de Covid-19), Bluedot a pu définir des zones et des villes à risques, où le virus allait ou était déjà en train de circuler rapidement au sein de la population. Dans ce même domaine, on peut également citer Epirisk qui tend à des objectifs similaires en proposant également de prédire les comportements du virus en fonction des restrictions de vols aériens ou encore du confinement.

IA risque covid 19
"EpiRisk is a computational platform designed to allow a quick estimate of the probability of exporting infected individuals from sites affected by a disease outbreak to other areas in the world through the airline transportation network and the daily commuting patters."

Une capacité de réponse

Le Covid-19, de par ses caractéristiques, a forcé l’Asie, une partie de l’Amérique et principalement l’Europe à décréter un confinement de la population. Ce confinement a provoqué de nombreux problèmes d’un point de vue économique mais aussi logistique. Certaines tâches, qui peuvent être assistées par une IA, sont aujourd’hui, effectuées uniquement par un humain alors même qu’elles sont parfois essentielles au bon fonctionnement d’un pays. C’est notamment le cas pour la gestion de la logistique dans les aéroports, qui a eu certaines difficultés pour maintenir un service minimum afin de permettre, par exemple, l’importation des précieux masques.

 

Ainsi, notre IA de reconnaissance de marchandise aurait pu soulager les entreprises de logistique et les douanes en effectif réduit, afin d’assurer un service continu et qualitatif. Ces types de domaines pourraient donc être assistés par des IA qui prendraient un rôle d’assistant en temps normal et une place plus importante dans des situations exceptionnelles.

Une capacité de guérison

Finalement, les intelligences artificielles s’inscrivent également très bien dans la période d’après crise. Elles permettent de prédire et donc de préparer la crise économique liée à la pandémie, à travers l’analyse des réseaux sociaux, la bourse par exemple ou encore le comportement après crise de la population en terme de consommation. Finalement, il n’est pas nécessaire de rappeler que les périodes post crises sont souvent synonymes d’évolutions et de transformation profondes, c’est donc l’occasion parfaite pour appliquer l’IA dans des domaines nouveaux.

Les IA, bien qu’encore au stade de recherche, sont d’ores et déjà capable d’analyses et de prédictions poussées, bien souvent de façon moins biaisée que le cerveau humain. Mais ces outils novateurs restent au rôle d’assistant pour la grande majorité, et ont tendance à être décriés lorsque les prédictions ne sont pas assez complaisantes. Ce qui nous amène à nous poser la question suivante : ne devrait-on pas prendre plus en considération les prédictions faites par des IA, mêmes lorsque ces dernières sont pessimistes ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

15 + quatre =